Les AZA et les feuilles soyeuses du foutre

Les feuilles soyeuses du foutre, magazine

Nous sommes les héritières et les héritiers d’un long effort pour masculiniser notre langue

Poster un commentaire


Entre les lignes entre les mots

10Une remarque pour commencer. Je ne sais si c’est la fréquentation des autrices de la Renaissance, mais il est assez rare de trouver une si belle langue dans un essai, même sur les évolutions du langage. L’élégance des phrases se double d’un sens de l’humour, qui ne manquera de ravir les lectrices et les lecteurs. « Du coup, on a nommé e féminin le e non accentué, et e masculin le e correspondant au son é – qu’on se met parallèlement à doter d’un accent (tant il est vrai, sans doute, que l’homme se caractérise par un petit quelque chose en plus, qui monte quand il est dur »

Eliane Viennot souligne dans son avant-propos que la langue, dans ses aspects sexistes, relève « des interventions effectuées sur elle depuis le XVIIe siècle par des intellectuels et des institutions qui s’opposaient à l’égalité des sexes », que des hommes…

View original post 1 221 mots de plus

Publicités

Auteur : geneghys

Lutte contre la désinformation et tous les problèmes que cela produit, l'injustice sous toutes ces formes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s