Les AZA et les feuilles soyeuses du foutre

Les feuilles soyeuses du foutre, magazine

Egypte : le harcèlement des femmes de plus en plus violents, mais les militants ripostent

4 Commentaires


Un petit fait d’hiver bien glauque pour répondre au dernier billet sur ce couple de Tunisiens qui attente à la pudeur des pandores made in Ben Ali.

Cela se passe en Haute-Égypte, dans u petit village du oux nom d’Eman où. Il y a trois semaines, Mostafa, une jeune fille de 16 ans répond à son agresseur en lui crachant au visage, ce qui vexe passablement le bonhomme qui lui tire dessus avec son arme automatique.

Le suspect, Ramadan Nasser Salem, est actuellement en garde à vue après avoir fui pendant plus d’une semaine. Dans une interview qu’il accorde sur la chaîne de télévision Al-Hayat, il nie la version des événements offerts par des témoins : «Je roulais tranquille sur ma moto lorsque je l’ai vue. «Bonjour» lui dis-je et aussitôt, elle pense que je la harcèle, commence à me maudire, puis me crache à la gueule. J’ai alors malencontreusement tiré avec mon fusil et un passant m’a dit que la balle a touché un mur. Nous avons pensé que la jeune fille avait eu peur et qu’elle est tombée sur le sol. Mais d’autres personnes nous ont dit que la balle l’avait frappée. Or je n’ai jamais voulu la tuer, votre honneur!»

Dalia Abd El-Hamid, chercheuse égyptienne pour les droits personnels, avertit que les circonstances entraînant la mort de Mostafa reflètent une tendance inquiétante des agressions sexuelles contre les femmes. « Ce qui s’est passé à Eman est un exemple frappant. Salem devient de plus en plus violent et la tue. Il la tue juste parce qu’elle s’est défendue. Le simple fait est qu’elle n’ait pas accepté ce qui est normalement accepté dans la société. Lorsque vous n’acceptez pas la norme, la société vous punit. Et il la punit point barre ! »

Une enquête réalisée en 2010 par le Centre égyptien pour les droits des femmes a révélé que 83 % des femmes égyptiennes ont été victimes de harcèlement. Les groupes de défense ont donc exhorté le gouvernement à s’attaquer au problème.

En 2008, pour la première fois, le gouvernement condamne un homme à trois ans de prison pour harcèlement sexuel. Fin 2010, 23 ONG et organisations des droits humains ont fait équipe dans ce qui a été salué comme une initiative sans précédent visant à modifier le Code pénal afin de mieux lutter contre les agressions et le harcèlement sexuel, bien que leur élan ait été bouleversée par la révolution.

Mais la situation n’a fait qu’empirer. Certains estiment que par le passé, les agresseurs fuyaient la scène du crime par honte ou par peur de la réaction du public. Mais aujourd’hui, les violeurs ne sentent pas de tels remords. Au lieu de cela, le silence du gouvernement et du public a permis à une souche beaucoup plus virulente de la violence de prendre racine.

Selon Abd El-Hamid : « Ce qui est plus inquiétant et alarmant, c’est qu’il y a un changement de paradigme. Le harcèlement sexuel tend actuellement à être plus intrusif. Cela est dû au résultat de l’immunité et de l’impunité dont les auteurs jouissent à la fois de la société et de la police. Et la police elle-même compte souvent les pires contrevenants. »

Hoda Badran, présidente de l’Alliance pour les femmes arabes: « L’instabilité politique et sociale de la dernière année et demie a également été un facteur important. En effet, plusieurs agressions sexuelles de grande envergure ont eu lieu lors des rassemblements politiques, notamment sur la place Tahrir. Mais la situation s’améliore peu à peu é mesure que la stabilité revient progressivement depuis l’élection présidentielle. »

Dimanche passé, le 23 septembre 2012, un rassemblement devant le palais présidentiel, co-organisé par les partenaires sociaux de l’organisation Basma et Nefsi, un groupe basé au Caire contre le harcèlement, a eu lieu pour dénoncer la mort de Mostafa et exiger une loi visant spécifiquement les agressions et le harcèlement sexuel. Basma a également organisé des patrouilles dans les stations de métro pour identifier les auteurs de harcèlement sexuel et de les signaler à la police.

Toutefois, le cas Mostafa souligne l’ampleur du problème. En dépit du fait qu’elle n’a suscité que peu de couverture médiatique, elle n’a suscité aussi que très peu de réaction du public. Ce qui n’a pas surpris Abd El-Hamid : « Depuis que nous sommes un pays très urbain centré, ce qui se passe en Haute-Egypte n’attire pas l’attention des habitants du Caire, ni du gouvernement. La seconde chose est le statut socio-économique de la victime. C’est typique pour les gens des classes les plus pauvres que de ne pas être pris en charge ou de ne pas obtenir d’attention. Mostafa était pauvre jeune fille de la Haute-Egypte »

Le père, Mostafa Salama, a fait appel directement au président dans une interview à Al-Hayat : « J’appelle Morsy Président de regarder la Haute-Egypte et de prendre soin d’elle. C’est l’homme qui parlait de Dieu et du prophète Mohamed, et nous avons voté pour lui. Maintenant, il faut prendre soin de nous. »

Alors que les partisans des droits des femmes en Égypte ont tendance à être méfiant vis-à-vis de Morsy, quelques uns espèrent encore pouvoir offrir des réformes similaires. Nahil Zaghloul, un organisateur avec Basma : «Je pense que Morsy veut faire quelque chose au sujet de ce problème qui affecte toutes les femmes, qu’elles soient laïque ou islamistes. Mais il doit faire face à de nombreux obstacles et d’adversaires et les lois ne pourront probablement pas faire grand-chose».

De même, les militants égyptiens reconnaissent volontiers que la racine du problème n’est pas une politique déficiente – le harcèlement sexuel et l’agression sont déjà techniquement illégaux – mais les normes sociales oppriment les femmes et stigmatisent celles qui parlent. Pire! La révolution a créé des difficultés supplémentaires pour les femmes. Mais il a également libéré les organisations de base afin de mieux mener une bataille contre les agressions et le harcèlement sexuel et cela pourra peut-être conduire à s’attaquer aux racines du problème. 

Mais ne tombons pas gaiement dans le cliché égyptien et n’alimentons pas un débat islamophobe.

Mieux!

Ne soyons pas hypocrite et ne levons pas les yeux de notre propre KK.

En Europe, environ 90 % des femmes violées ne portent pas plainte, un peu pour les mêmes raisons que les Egyptiennes. Et le 10 % qui oseront franchir le pas vont se retrouver du banc des victimes à celui des accusées.

Publicités

Auteur : geneghys

Lutte contre la désinformation et tous les problèmes que cela produit, l'injustice sous toutes ces formes.

4 réflexions sur “Egypte : le harcèlement des femmes de plus en plus violents, mais les militants ripostent

  1. Reblogged this on les AZA and commented:

    article dominical

  2. Il y a tout de même lieu de se poser quelques question en ce qui concerne l’obstination des « féministes démocrates » qui consiste sans cesse à vouloir voir intervenir la police et la justice dans ces affaires de viol quand on sait que ce sont précisément les flics, les militaires, les greffiers et autres membres du personnel de justice (milices y compris) qui agressent et violent des femmes (et pas seulement, il est des cas rapportés évoquant le viol de jeunes mecs ados, ou d’enfants indistinctement des deux sexes). Indécrottablement c’est le même discours tristement lénifiant incapable de tenter une critique globale de la société et de ses mœurs ou même de comprendre le fonctionnement lamentable de la pensée séparée.
    S

    • Peut-être que, innocemment, on croit à une certaine justice.

      Le pire étant que la juge invoque la fameuse solidarité féminine et fait de grandes risettes au prévenu devenue la victime…
      G.

  3. Pingback: Les AZATHEMES: ce qui s’est passé en septembre jusqu’à ZAujourd’hui | les AZA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s